Blog

Une enquête scientifique sur l’évolution de la langue sur les réseaux sociaux

Des chercheurs de l’Université catholique de Louvain (Belgique) ont lancé un appel aux usagers des réseaux sociaux afin d’étudier les évolutions du langage au cours des dernières années.

Et si vous donniez un peu de vos données personnelles… mais pour aider la science à mieux comprendre l’évolution de la langue française ? C’est l’enjeu de l’opération « Vos pouces pour la science » pilotée par l’Université catholique de Louvain (UCL) en Belgique, qui vise à recueillir des conversations tenues sur Facebook, WhatsApp, Viber, Telegram ou Skype. Chacun peut participer au projet en suivant la procédure indiquée sur le site web de l’initiative.

Une nouvelle langue basée sur les émoticônes et le jeu

« Quand on parle des écrits numériques, on parle souvent d’incompétence, disant que les jeunes écrivent de plus en plus mal », déplore ainsi Louise-Amélie Cougnon, chargée de recherche à l’UCL. »Alors qu’on a observé que les jeunes – et moins jeunes – ont développé de nouvelles compétences : ils savent jongler entre une écriture normée et une langue avec laquelle on joue, où l’on remplace des lettres par des chiffres ou des émoticônes. Cette langue a ses propres règles qu’il s’agit de comprendre ».

FRANCOPHONIE. Des chercheurs en sociolinguistique, psychologie, sociologie et langage de plusieurs pays francophones (Belgique, France, Suisse, Québec) participeront ainsi à ce projet financé par le Fonds belge de la recherche scientifique et la société de développement personnel Moodwalk, en partenariat avec l’université Montpellier 3 et l’université Rennes 2.

Les mots pour dire les nouvelles situations embarrassantes

Des questionnaires seront également proposés aux utilisateurs, afin de savoir quelles sont les nouvelles compétences sociales et psychologiques développées en utilisant les réseaux sociaux. Par exemple, comment y gérons-nous des situations embarrassantes ? « Nous voulons étudier le langage qui transite via les réseaux sociaux afin de voir à quel point nous développons de nouvelles compétences », précise Louise-Amélie Cougnon.

SMS. Entre 2007 et 2012, les chercheurs de Louvain avaient déjà récolté 200 000 SMS auprès de 3 000 participants en Belgique, France, Suisse et au Québec afin d’étudier le langage SMS. Dans le cadre de « Vos pouces pour la science », les données seront anonymisées avant d’être exploitées, a ajouté l’université. Un logiciel remplacera tous les noms, prénoms, adresses, numéros de téléphones ou numéros de carte apparaissant éventuellement dans les données transmises. Les chercheurs comptent recruter 5 000 à 10 000 participants sur leur site d’ici le 7 mai 2017. L’analyse des données devrait prendre deux ans.

S.S. avec AFP

Back to top